samedi 29 janvier 2011

Naissance d'une idée

Aujourd'hui, j'ai décidé de vous parler un peu de moi. Eh ! Je vous ai vu là bas dans le fond à ricaner. Oui, d'habitude aussi, je parle de moi mais là, c'est un peu différent. Non, non, ne partez pas. Je ne compte pas dévoiler ma vie privée, quoi que... non, je compte vous donner une partie de la réponse à la célèbre question : "Comment vous viennent vos idées ?". Habituellement, à cette question, je réponds, comme grand nombre d'écrivains, que les idées viennent de la vie, de tout ce qui nous entoure. J'avais bien expliqué une fois qu'il se trouvait un lutin au fond de mon jardin qui me donnait des idées en contrepartie de quelques cookies et d'un verre de lait, mais cette révélation fut coupée au montage. Mais là, je vais prendre des risques et déjouer les complots des célèbres hommes en noir de la littérature pour vous dévoiler la vérité, toute la vérité. * regard à droite, regard à gauche, prend un air de conspirateur * Je vais vous parler de la façon dont est née ma dernière idée.

Tout a commencé un week end que j'étais à Bruxelles, prenant du bon temps en famille. Je venais de me battre avec le serveur qui voulait remporter ma chope de bière alors qu'il y restait une bonne gorgée de ce fabuleux breuvage et, gêné, il m'avait expliqué que les Belges, contrairement aux Français, laissent un fond de bière dans leur verre. Cette affirmation reste à vérifier et je m'y employerai dès mon prochain week end en Belgique. Bref, j'avais récupéré mon verre et m'apprêtais à me régaler de cette dernière gorgée de bière, quand mon regard s'attarda sur la vue derrière la fenêtre. De grands parasols rouges et noirs étaient plantés fermés dans le sol. Le vent faisait virevolter leur tissu autour de leur long poteau. D'un coup, les parasols disparurent à mon regard et ne restèrent que des hommes encapuchonnés, habillés de longues robes rouges et noires, montés sur de gigantesques échasses. Je les observais, captivée, alors qu'ils avançaient avec une lenteur pesante, bravant le vent. Et je sus aussitôt qu'ils trouveraient leur place dans un prochain texte. Voilà, comment naissent les idées...

Un autre exemple ? Allez, je suis d'humeur à tout avouer... J'aime beaucoup conduire sur une autoroute parce que les automatismes qu'engendre cette conduite permettent à l'esprit de s'envoler. C'est sur l'une de ces autoroutes alors que, tout en haut d'une montée, s'ouvrait le paysage, j'ai vu ces collines au loin, plantées d'arbres. A cette distance, on ne voyait qu'une masse floue près des nombreux troncs. Il n'y avait sans doute rien mais mon esprit y a inventé une armée en armes, attendant son heure. Et Barek en a pris la tête... Opale 2 était en route.

Voilà. Maintenant, vous savez comment naissent les idées. Vous n'avez plus qu'à vous exercer si vous en éprouvez l'envie. Ouvrez les yeux et les oreilles et regardez le monde qui vous entoure... d'un autre oeil.

vendredi 21 janvier 2011

Que des bonnes nouvelles...

Bonjour et désolée pour mon absence. Vous savez ce que c'est : travail, grippe, loisirs, un peu. Le temps défile plus vite que prévu, et pourtant, j'en ai des choses à vous raconter ! Tellement que je ne sais pas trop par quel bout commencer. On va dire, par ordre chronologique.

Tout d'abord, Opale a reçu deux nouvelles critiques dont je ne suis pas peu fière. La première, qui m'a été révélée par Fabrice Colin, LE Fabrice Colin, sur mon mur Facebook est du site actusf. J'adore le sous-titre "Un livre qui n’a rien à envier aux grands auteurs de science-fiction et de fantasy." Ne vous inquiétez pas pour mes chevilles, j'ai trouvé la parade... et adopté des charentaises. ^^ La seconde critique vient de la librairie Charlemagne.

Rien qu'avec ça, j'avais le moral regonflé à bloc mais cette semaine me réservait un lot de surprises, deux, en fait. Tadaaaammmm...

Les yeux d'Opale a été pré-sélectionné pour le prix des Futuriales 2011 et pour le Grand Prix de l'Imaginaire !!! Oui, oui, vous avez bien lu. J'ai l'immense joie de voir mon roman pré-sélectionné pour deux prix ! Bon, pré-sélectionné, ça ne veut bien évidemment pas dire que mon roman décrochera forcément l'un de ces prix mais c'est un immense plaisir pour moi de voir qu'il intéresse suffisamment pour que deux jurys se penchent sur lui. Les jurys des prix, c'est un peu les fées autour du berceau des nouveaux nés dans les contes. ^^

Et je n'oublie pas Phooka qui m'a très gentiment demandé de répondre à quelques questions et a publié cet entretien sur le blog qu'elle partage avec Dup : Book en Stock .

A part ça, le tome 2 d'Opale avance, peu cette semaine à cause de la grippe, mais l'écriture devrait reprendre la semaine prochaine. J'en suis au chapitre 8 pour le moment, un chapitre avec Angus. Et au chapitre 5 pour Sidoine.

J'ai encore quelques petites choses à vous raconter, mais ça attendra la semaine prochaine. Ca parlera des moeurs bizarres de certains Belges. Vous comprendrez. :)

A tout bientôt donc.

lundi 3 janvier 2011

Bonne année 2011 et infos sur "Les yeux d'Opale" tome 2

Je vous souhaite à tous et toutes une excellente année 2011 !!!!!


Oui, je sais, je suis un peu en retard... C'est la faute à la digestion. ^^

Ca y est... les fêtes de fin d'année sont terminées et il faut prendre de bonnes résolutions pour le nouvel an. Je n'y ai pas trop réfléchi mais la seule résolution que je vois est de terminer l'écriture de Sidoine et du tome 2 d'Opale, la loi d'Onyx. C'est déjà pas si mal.

Je ne sais pas pour vous mais de mon côté, le papa Noël a été plutôt généreux. En même temps, c'est un peu son job d'être généreux. ^^ Il m'a apporté une machine à faire des pâtes. Parce que oui, ma deuxième passion après l'écriture, c'est de fabriquer des gâteaux et tout ce qui nécessite un bon gros paquet de farine mais chuuuttt. La générosité du papa Noël m'a donné l'envie de vous faire un petit cadeau pour les fêtes de fin d'année et je me suis dit que j'allais vous raconter le début du second tome d'Opale. Tentés ?

Sylfin s'est enfin assis sur le trône de Kindar et a pris digon, enfin, en l'occurence digone en la personne de Kyanok, une créature de toute beauté à l'esprit bien retors. Héléa est toujours avec son prince charmant et leur amour est si fort qu'elle en est tombée enceinte. De son côté, le machiavélique prince du Rogor a élaboré un nouveau plan. Il a fait savoir à tous qu'il était fils de chimar et, à ce titre, ne pouvait tolérer les anciens agissements du roi Sylfin à l'égard des chimars. Ceux qui ont lu le premier tome apprécieront l'ironie du Rogorien. Barek lève donc une armée... une armée de chimars, pour une guerre religieuse. Je vous laisse imaginer l'ambiance. Et que font les Onyxiens ? Et bien, un certain Schein est parvenu à décrypter une partie d'un certain disque de métal... Qu'y a-t-il dessus ? Là, va falloir attendre un peu pour le découvrir. ^^

J'espère que ça vous mettra l'eau à la bouche.

Et une nouvelle fois, bonne année à tous.